dolcitalia.net
Image default
Dolce Vita

Italie : la victoire de Giorgia Meloni s’explique par la stabilité du vote conservateur


Comment expliquer la victoire de Giorgia Meloni ?

L’arrivée à la Présidence du Conseil de la chef d’un parti, Fratelli d’Italia (FdI) dont les origines remontent au fascisme représente-t-elle une rupture profonde dans l’histoire de l’Italie républicaine ?

La coalition de centre droit à laquelle appartiennent Giorgia Meloni et son parti dominera en effet clairement la Chambre des députés et le Sénat, avec presque 60 % des sièges (mais pas les deux tiers qui lui auraient permis de modifier la constitution sans recourir au référendum). Son parti a engrangé nettement plus d’appuis (26 %) que ses partenaires principaux réunis, la Ligue de Matteo Salvini (8,8 %) et Forza Italia de Silvio Berlusconi (8,1 %).

S’il y a bien une filiation historique entre FdI, créé en 2012, et le Mouvement social italien (MSI), né en 1946 sur les ruines du fascisme, les dirigeants successifs de cette mouvance ont préféré se décrire comme relevant de la droite nationale ou encore du nationalisme conservateur. Si Giorgia Meloni ne s’est pas gênée pour envoyer des signaux aux membres des groupes d’extrême droite les plus radicaux, le programme de FdI et celui de la coalition de centre droit reprennent essentiellement des thèmes conservateurs et nationalistes présents depuis plusieurs élections.

Je travaille depuis plus de vingt ans sur l’histoire politique italienne, le fascisme et les idéologies autoritaires. J’ai notamment publié L’extrême droite en Europe. France, Autriche, Italie et A Total Science, Statistics in Liberal and Fascist Italy). J’hésite cependant à tirer des conclusions trop rapides sur un possible retour au fascisme. Je souhaiterais plutôt attirer l’attention sur ce qui change et ce qui ne change pas dans la politique italienne avec l’élection du 25 septembre, et me limiter pour le moment à quatre constats que m’inspirent les dernières élections.

Une soirée avant la victoire : de gauche à droite, Matteo Salvini, de la Ligue, Silvio Berlusconi, de Forza Italia, Giorgia Meloni, des Fratelli d’Italia, et Maurizio Lupi, de Noi Con l’Italia, participent au rassemblement de clôture de la coalition de centre droit à Rome, le 22 septembre 2022.
(AP Photo/Gregorio Borgia)

1. La participation électorale continue de baisser

L’élection de dimanche a établi un record de faible participation. Bien que lentement déclinant depuis les années 1980, le taux de participation s’est maintenu au-dessus de 80 % jusqu’en 2008. Après la chute est raide : 75 % en 2013, 73 % en 2018, et finalement 64 % en 2022.

C’est un phénomène difficile à expliquer. On peut dire que chaque vote compte, puisque 67 % des sièges sont attribués à la proportionnelle. On peut dire aussi qu’avec plus de 30 partis, le choix ne manque pas. L’âge minimum pour voter pour les sénateurs, jusqu’alors de 25 ans, a été abaissé à 18 ans. Quoi qu’il en soit, de 2008 à 2022, on compte quelque 6 millions de votes valides en moins (dont un million à cause de la contraction du corps électoral, l’Italie étant un pays vieillissant).

Rien de cela ne suggère donc un sentiment d’urgence chez les Italiens, une mobilisation enthousiaste pour, ou contre un retour au fascisme.

2. Une majorité conservatrice stable

Huit élections ont été tenues en Italie depuis 1994. De ce nombre, cinq se sont soldées par une nette domination du centre droit, avec une avance de 12 % en moyenne sur le centre gauche. Ces derniers ont devancé le centre droit trois fois, mais avec des avances de 1 % en moyenne.

Évidemment, de nombreux facteurs entrent ici en jeu, qui ne sont pas sans effets : ainsi, on a connu durant cette période trois systèmes électoraux, les coalitions se sont faites et défaites, et on a assisté, en marge des deux grandes coalitions, à la montée du Mouvement 5 étoiles, un parti politique contestataire ne se voulant ni de gauche ni de droite et faisant l’apologie de la démocratie directe.

Mais ce qui ne fait pas de doute, c’est l’existence d’un bloc électoral conservateur consistant et stable. D’ailleurs, d’une élection à l’autre, les programmes successifs de la coalition se ressemblent passablement.

Giorgia Meloni en train de marcher dans une rue, entourée d’hommes et de femmes
Déjà au travail : la leader des Fratelli d’Italia, Giorgia Meloni en route pour rencontrer la Société des agriculteurs italiens, à Milan, le 1ᵉʳ octobre 2022.
(AP Photo/Luca Bruno)

3. Du mouvement à droite

Depuis 1994, la coalition de centre droit s’est organisée autour de trois pôles : le parti de Sylvio Berlusconi, la Ligue de Matteo Salvini, et le parti issu du néofascisme, maintenant dirigé par Giorgia Meloni.

Malgré des tensions et des ruptures, Berlusconi a nettement et longtemps dominé la coalition, jusqu’à ce qu’il soit poussé vers la sortie sous la pression des scandales sexuels et des dirigeants européens durant la crise de l’euro. En 2018, Forza Italia a perdu de nombreux votes au profit de Matteo Salvini, qui émergeait alors comme le nouveau leader de la coalition (beaucoup d’autres se sont aussi tournés vers le M5S).

Un gouvernement s’appuyant sur le M5S, avec le peu connu Giuseppe Conte comme Président du Conseil et Salvini comme vice-président et ministre de l’Intérieur, a alors vu le jour. En 2019, la Ligue étant à son zénith dans les intentions de vote, Salvini a tenté de faire tomber le gouvernement afin de déclencher des élections dont il espérait sortir grand gagnant.

Matteo Salvini a tenté de faire tomber le gouvernement. Mais cela a terni son image.

Conte a déjoué la manœuvre en s’associant au Parti démocrate, constituant du coup une majorité alternative. Un succès moindre que prévu de la Ligue aux élections régionales (en raison cette fois d’une véritable mobilisation contre ses politiques migratoires très dures) a terni encore plus l’étoile de Salvini.

Giorgia Meloni et son parti, qui ne se sont pas joint au gouvernement Conte ni au gouvernement « technique » de Mario Draghi, étaient mieux placés pour capter ce vote conservateur qu’un Berlusconi vieillissant ou un Salvini erratique.

Le ralliement public à Meloni de Giulio Tremonti, ministre des Finances sous Berlusconi, l’illustre de façon significative. Plusieurs personnalités associées dans le passé à d’autres formations politiques modérées ou encore issues de la société civile ont également signifié leur appui à FdI, qui s’est révélé capable d’aller bien au-delà de sa base traditionnelle.

4. L’incapacité de s’allier à gauche

Le centre droit a aussi bénéficié de l’incapacité de ses adversaires à s’unir contre lui. La coalition de centre gauche, constituée du Parti démocrate (PD) de l’ancien Président du Conseil Enrico Letta et de trois partis plus petits, n’a pas réussi à présenter de liste commune avec la coalition centriste menée, entre autres, par Matteo Renzi, lui-même ancien dirigeant du PD et ancien Président du Conseil.

Matteo Renzi s’exprime au Sénat, à Rome, le 14 juillet 2022, avant de voter un projet de loi portant sur diverses mesures économiques.
(AP Photo/Gregorio Borgia)

Ce qui les séparait était apparemment plus important que ce qui aurait pu les réunir : une volonté de bloquer Meloni et le centre droit. C’était évidemment l’échec programmé, car le système électoral favorise les coalitions. Le centre gauche se retrouve aujourd’hui dans la position où se retrouvait le centre droit, en 1996, lorsque la Ligue a quitté la coalition de Berlusconi, ce qui a entraîné sa défaite.

À la recherche de stabilité

Un gouvernement Meloni peut-il durer ? Éclatera-t-il à la faveur de divergences entre ses composantes ?

Depuis 1994, il y a eu quatre gouvernements de centre droit, tous présidés par Berlusconi. Ils ont duré en moyenne 27,5 mois contre 15 mois pour un gouvernement de centre gauche (il y en a eu huit, sous six leaders différents). La cohésion semble plus souvent au rendez-vous à droite qu’à gauche.

Si l’on excepte l’étrange interlude du gouvernement Conte auquel appartenait la Ligue, le centre droit n’a pas été au pouvoir depuis 2011 : on peut imaginer que les partenaires mettront de l’eau dans leur vin pour y demeurer et qu’une majorité conservatrice cherchera avant tout la stabilité.



Jean-Guy Prévost, Professeur de science politique, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

Autres articles à lire

l’extrême droite pourrait prendre le pouvoir, une première depuis Mussolini

adrien

Législatives en Italie : un enjeu de taille pour l’Union européenne

adrien

Entre droites qui montent et gauches en déclin, une Italie ingouvernable ?

adrien

Cinq enseignements de ces législatives et une possible comparaison

adrien

l’extrême droite au pouvoir, une première depuis Mussolini

adrien

La politique italienne est-elle vraiment atteinte d’instabilité chronique ?

adrien